© 2018 par BANCO. Tous droits réservés pour tous les pays.

La technologie ne craint pas l’obsolescence

29.11.2019

Malgré les menaces qui planent actuellement sur le secteur technologique, il restera encore longtemps un incontournable des marchés actions.

 

Les inquiétudes des investisseurs n’y changent rien. Si le secteur technologique surperforme les actions en général depuis plus de 20 ans, c’est qu’il continue d’être porté par de puissantes tendances à long terme. D’ici à 2020, 59% de la main-d’œuvre mondiale devrait être composée de millennials (âgés de 25 à 35 ans) ou de jeunes de la génération Z (de 15 à 25 ans), dont la majorité utilise les médias sociaux. Aujourd’hui déjà, un peu plus de la moitié de la population mondiale est connectée, avec un énorme potentiel de croissance dans les marchés émergents. Enfin, grâce au principe selon lequel la puissance de traitement des ordinateurs double tous les deux ans, les niveaux de connectivité augmentent, car la technologie devient de plus en plus abordable. Force est de constater que la technologie entraîne des disruptions dans tous les secteurs, non seulement sous l’effet de ces méga tendances, mais aussi, grâce à l’automatisation, l’intelligence artificielle et la numérisation des paiements – entre autres.

 

Valorisation intéressantes: 

Les valorisations des sociétés technologiques restent attractives. En termes relatifs, le secteur est globalement neutre par rapport aux 20 dernières années et loin des multiples astronomiques de la bulle internet. Malgré un rebond des multiples dans l’ensemble du marché actions, de nombreux titres technologiques restent intéressants, en particulier parmi les grandes capitalisations. Ces sociétés possèdent les meilleurs bilans et flux de trésorerie disponibles, ce qui soutient la croissance des dividendes et une excellente croissance des bénéfices. Il existe néanmoins une divergence croissante entre les valeurs technologiques les moins chères et les plus chères (voir graphique). C’est pourquoi il faut rester sélectif et bien gérer les tendances dominantes chez les investisseurs, surtout dans un contexte de tensions économiques et politiques grandissantes.

 

Guerre commerciale même pas peur!

Si la géopolitique a rendu les marchés beaucoup plus volatils, c’est dans ces moments que l’importance d’une gestion active apparaît clairement. Les secteurs cycliques tels que le hardware et les semi-conducteurs ont été les plus touchés par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. L’inscription de Huawei sur liste noire est l’exemple d’un risque qui exigeait un pilotage approprié de l’exposition à ce secteur de la technologie. Les réactions non quantifiables ou injustifiées des marchés peuvent être l’occasion d’acheter des titres de grande qualité avec une décote. En somme, les tensions commerciales ne semblent pas ralentir les tendances de croissance à long terme du secteur. Elles pourraient même accélérer le bouleversement technologique. Le désir d’autosuffisance de la Chine pourrait amener de nombreuses entreprises technologiques chinoises intéressantes à se lancer sur le marché dans les années à venir.

 

L’autre grande préoccupation de la plupart des investisseurs concerne les enquêtes antitrust et les évolutions réglementaires. Bien qu’il s’agisse de questions légitimes, il s’agit dans les deux cas de caractéristiques récurrentes du secteur technologique. Des années 90 au début des années 2000, on a vu Intel et Microsoft s’affronter pour dominer le marché des PC, et Mastercard et Visa lutter sur le terrain des moyens de paiement. Aujourd’hui, c’est au tour de Google et Facebook. Ceci dit, les autorités de réglementation doivent s’assurer que les grandes tech protègent les intérêts des consommateurs. L’intensification du contrôle et de la réglementation ne sont pas inattendus.

 

Finalement, l’intérêt croissant des investisseurs pour les questions ESG renforce la nécessité pour les sociétés de gestion de s’engager activement auprès des entreprises sur ces questions et ces facteurs de risque. Etant donné que la recherche ESG externe est moins applicable au secteur de la technologie, il s’agit là d’un aspect de recherche que seule la gestion active peut offrir.  

 

Richard Clode

Gérant de portefeuille, 
Actions Technologiques internationales

 

Janus Henderson Investors

 

Please reload

La une
B124 Couv.jpg
Dernières news
Please reload

Agenda
31 mai 2018
GFSI à Genève
 
31 mai 2018
Breakfast Oligo
11 septembre 2018
Breakfast Oligo
18 octobre 2018
BANCOawards à Genève
27 novembre 2018
Breakfast Oligo
BANCO-130-vignette-pour-web.gif